Le Potager du Roi à Versailles ǀ © Paris Kontrast

Se delasser dans les jardins du Roi à Versailles

Publié le 23/05/2012 par piahoelz

Dieser Artikel ist auch verfügbar in: Allemand

A Versailles, à l’écart des cars de touristes qui défilent en rangs serrés autour du château, il existe une petite merveille de l’art des jardins: le Potager du Roi. Ce jardin utilitaire, qui se trouvait non loin du palais, approvisionnait la cuisine du Roi Soleil Louis XIV en fruits et légumes exotiques, ainsi qu’en plantes aromatiques.

Le point de départ idéal pour un tour d’exploration est la Terrasse Hardy. D’ici, on a un point de vue sur l’ensemble de ces jardins géométriques qui s’étendent sur 9 hectares. L’installation est organisée autour d’un Grand Carré de 3 ha, qui se subdivise en 16 champs, comprenant des cultures de légumes, de baies et d’herbes aromatiques. Les champs sont en outre organisés autour d’un bassin qui sert de réservoir d’eau.

Grand Carré mit Bassin

Grand Carré avec le bassin

Autour du Carré se trouvent une douzaine de vergers consacrés aux poiriers et aux pommiers, taillés en espaliers de formes diverses. Il y a par exemple dans le premier verger, le Jardin Lelieur, un poirier taillé en espalier à palmettes Verrier à six branches.

Sechsarmige Birnen-Verrier-Palmetten

Poiriers en espalier à palmettes Verrier

Les hauts murs et les terrasses, qui traversent le jardin, répondent à plusieurs exigences : ils permettent de coordonner, dans un espace de jardin fermé, la succession des cultures, de multiplier les plantes rares et de faire pousser côte à côte des plantes très différentes. De plus, les arbres fruitiers en espalier placés à côté des murs produisent des fruits plus gros et plus colorés. La culture des poires ou des figues est facilitée parce que les murs emmagasinent la chaleur pendant la journée et empêchent les chutes de températures soudaines. Enfin, et ce n’est pas le moindre intérêt, on profite d’une vue fabuleuse sur les jardins, depuis les terrasses surélevées.

Pfirsichbaum

Poirier

Aujourd’hui, environ 400 variétés différentes de fruits et autant de sortes de légumes sont cultivés dans le Potager du roi. Le jardin a pour mission d’offrir au public une grande diversité de fruits et de légumes, souvent inconnus ou rares. Ici, chaque année, sont produites environ 30 tonnes de fruits et 20 tonnes de légumes. La production est vendue trois fois par semaine dans la Boutique du Potager du Roi.

Après cette promenade fatigante, celui qui veut se détendre dans une chaise longue au milieu du jardin, avec vue sur la cathédrale Saint-Louis (époque classique), devrait d’abord– impérativement – aller admirer la Grille du Roi, richement décorée. C’est par cette porte que Louis XIV pénétrait dans son jardin. C’est la plus belle porte de Versailles et c’est l’une des rares originales du château.

Kathedrale Saint-Louis

Cathédrale Saint-Louis

Le Potager du Roi a été installé entre 1678 et 1683 par Jean-Baptiste de la Quintinie, d’après les souhaits de Louis XIV. A ciel ouvert, traversé par de multiples lignes droites, il constitue un exemple extraordinaire de l’art français des jardins. Et pourtant, ce lieu choisi par Louis XIV ne convenait pas à la construction d’un jardin et a nécessité d’énormes travaux. La zone de marécage qui se trouvait à cet endroit a dû être asséchée et des tonnes de sable ont dû être apportées des collines voisines de Satory pour combler les trous . C’est l’architecte Franςois Mansart qui a mené la construction des terrasses et des murs.

Le Potager du Roi est le siège de l’Ecole nationale supérieure du Paysage de Versailles (ENSP), une institution publique qui dépend du Ministère de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Chaque année, l’ENSP prend en charge un des champs du potager royal. Les étudiants sont dirigés par un jardinier d’art expérimenté. Cette Grande école offre d’ailleurs une grande palette de formations, qui vont de l’art de tailler les arbres fruitiers à la création de jardins.

PLUS DE PHOTOS >>

INFORMATIONS PRATIQUES >>

Traduit de l’allemand au français par Thérèse Hilbold, journaliste.

Download Artikel als PDF

Copyright © 2017