Vue de la façade du musée à la fin de l'hiver  © Thérèse Hilbold

Le Musée de la Vie romantique : une idylle dans le 9e arrondissement

Publié le 04/05/2013 par theresehilbold

Dieser Artikel ist auch verfügbar in: Allemand

C’est un des endroits les plus charmants et les plus secrets de Paris. Un hôtel particulier à l’italienne, niché au fond d’une impasse pavée, avec de grands volets verts, des rosiers, une glycine, des lilas… Le Musée de la Vie romantique, construit en 1830, fut au 19e siècle la demeure du peintre Ary Scheffer et un cénacle de la vie littéraire et artistique parisienne.

Il rassemble aujourd’hui de précieux souvenirs de George Sand, provenant de sa propriété de Nohant, et de nombreux tableaux et sculptures représentant Frederic Chopin, Ernest Renan, la Malibran, la famille d’Orléans…

Sur un mur, la généalogie enluminée des prestigieux ancêtres de George Sand, dont la grand-mère Marie-Aurore de Saxe était une fille naturelle du Maréchal Maurice de Saxe. On pourra aussi s’émouvoir devant ses meubles et bijoux, des objets du quotidien et des souvenirs de famille dont l’un lui a été particulièrement cher : une bague ornée d’un rubis offerte par la Dauphine, mère de Louis XVI, à sa petite-nièce Marie-Aurore, grand-mère de l’écrivain.

portrait de la célèbre mezzo-soprano Maria Malibran dans le rôle de Desdémone, par François Bouchot © Thérèse Hilbold

Un petit Salon George Sand, au rez-de-chaussée, réunit son célèbre portrait par Auguste Charpentier, des tableaux de famille, un bureau Louis XV, deux fauteuils cabriolets, deux chaises hollandaises lui ayant appartenu…

Le premier étage est consacré au premier propriétaire de l’hôtel particulier, Ary Scheffer, d’origine hollandaise, qui arrive en 1811 à Paris avec ses frères et gagne rapidement la notoriété dans la capitale avec sa peinture de La Fayette en 1818.

Marie-Aurore de Saxe, la belle grand-mère de George Sand © Thérèse Hilbold

La demeure, construite dans le quartier de la «  Nouvelle Athènes », est flanquée de deux petites bâtisses : à gauche, l’atelier-salon est une grande pièce où Scheffer recevait tous les vendredis l’élite intellectuelle et politique de l’époque : George Sand et Chopin, bien sûr, mais aussi Thiers, Rossini, Delacroix, Berlioz, Liszt ou Dickens. A droite se trouvait l’atelier de peinture du frère d’Ary Scheffer, Henri, et de ses élèves.

- Ces deux salles servent à accueillir des expositions temporaires, dont la prochaine s’ouvrira à la rentrée 2013, sur le thème : L’Esquisse peinte au temps du romantisme (17 septembre 2013 – 02 février 2014).

- Du 23 avril au 31 juillet 2013, le musée propose en outre l’accrochage d’oeuvres inédites permettant la mise en valeur d’acquisitions récentes.

Une des salles au premier étage du musée © Thérèse Hilbold

- Promenade thématique autour du romantisme :
Les amoureux du romantisme peuvent partir à la découverte du quartier de la « La Nouvelle Athènes »  lors d’une promenade sur les traces des grandes figures du romantisme : George Sand, Pauline Viardot, Mademoiselle Mars, Victor Hugo, Frédéric Chopin, Franz Liszt, Eugène Delacroix, Théodore, Géricault, Honoré de Balzac.
Durée : 1h30. Sans réservation
Rendez-vous devant l’entrée du musée, tous les mardis à 14H30

Adultes : 7,50 €
+ de 60 ans et – de 18 ans  : 6 €

A ne manquer sous aucun prétexte: une halte gourmande dans le salon de thé « Un thé dans le Jardin », à droite  du Musée. De mars à octobre, on s’installe soit à l’abri des courants d’air, dans la serre, soit à l’ombre des grands arbres du jardin,  du mardi au dimanche, de 10h00 à 17h30.

La verrière qui abrite un salon de thé, à droite du musée © Thérèse Hilbold

Musée de la Vie romantique
Hôtel Scheffer-Renan
16 rue Chaptal
75009 Paris

Métro : Saint-Georges, Pigalle, Blanche, Liège
Bus : 67, 68, 74, 30
Tél. : 01 55 31 95 67

Horaires d'ouverture
Ouvert tous les jours, de 10h à 18h sauf les lundis et jours fériés.

Prix d'entrée:
Collections permanentes: gratuit
Expositions temporaires: prix variables
Download Artikel als PDF

Copyright © 2017