Rascasse volante // Photo © Thérèse Hilbold

L’Aquarium tropical de la Porte Dorée : un lieu intime et magique…

Publié le 13/02/2013 par theresehilbold

Dieser Artikel ist auch verfügbar in: Allemand

Faites un test : collez votre figure à la vitre d’un aquarium de la Porte Dorée et essayez de fixer un poisson dans les yeux ! Impossible de ne pas songer à la nouvelle de Julio Cortazar, « Axolotl », où un visiteur fasciné finit par se substituer à un pensionnaire du bac… et regarde une silhouette humaine s’éloigner dans le hall, à travers la vitre. C’est magique !



style= »display:inline-block;float: right; margin: 0px 0px 0px 10px;width:300px;height:250px »
data-ad-client= »ca-pub-5902659858097851″
data-ad-slot= »9336336309″>

Les milliers de poissons, éponges, coraux et crustacés de l’aquarium bénéficient d’une mise en scène puissante en ces lieux : l’endroit est sombre, dépouillé et intime, à l’image d’un temple, pourrait-on dire. L’éclairage ne vient que des vitrines des bacs où dansent des poissons splendides, de toutes formes et de toutes les couleurs.

Les groupes scolaires défilent, accompagnés par des enseignants, mais même les collégiens les plus agités paraissent impressionnés par le décor et laissent rarement percer un éclat de voix : nous sommes en apnée, dans le monde du silence, prêts à une révélation !

Ici, on peut admirer des poissons d’Asie, de l’océan indo-pacifique, d’Amérique du sud, mais aussi des grands lacs africains. Certains aquariums montrent des poissons « primitifs », inchangés depuis plusieurs millions d’années, d’autres illustrent des modes de reproduction – très variés.

Les plus étranges sont ces poissons qui protègent la vie de leur jeune progéniture en l’abritant dans leur bouche, ou encore ceux qui se défendent contre le danger avec des lames de rasoir qui se dressent à la naissance de leur queue, ou bien en lâchant du poison.

Mais il y a aussi toutes sortes de poissons-ballons, de poissons électriques, de pirhanas, des tortues, méduses, coraux, raies bariolées, requins et de jeunes crocodiles du Nil ou du Mississipi…

 SUCCES PUBLIC DEPUIS L’ORIGINE…

L’Aquarium tropical de la Porte Dorée a une riche histoire et son succès ne s’est jamais démenti. Il a été créé lors de l’Exposition coloniale de 1931 pour montrer au public la faune aquatique des colonies. Il est installé dans le sous-sol de l’ancien Musée des colonies, autrefois baptisé Palais des colonies, un fastueux bâtiment à colonnade, en béton armé recouvert en façade d’un des plus grands bas-reliefs de Paris (1.900 m²). L’objectif était de démontrer aux Français que les colonies apportaient de véritables richesses à la mère patrie, au lieu de gaspiller ses ressources. Le bas-relief, signé par le sculpteur Alfred Janniot, qui venait de réaliser les décors du paquebot Ile-de-France, reproduit les richesses du sol et du sous-sol colonial, avec des sculptures de fauves, éléphants et baobabs…

L’ensemble du palais, – intérieur du plus pur style Art déco comme extérieur – est classé monument historique. Ne pas manquer de visiter au rez-de-chaussée les deux salons ovales de l’Afrique et de l’Asie, ainsi que la majestueuse salle centrale signée par l’architecte Albert Laprade, avec son sol en mosaïque, son plafond en gradins et ses fresques immenses dédiées à la « grande France ».

Après avoir connu l’enthousiasme du public dès l’ouverture (32 millions de billets vendus en six mois !), l’aquarium tropical, au sous-sol du palais, a connu des jours difficiles pendant et après la Seconde guerre mondiale, ses collections ont périclité et sa fermeture a été plusieurs fois à l’ordre du jour. Mais aujourd’hui l’institution prospère avec ses quelque 200.000 visiteurs annuels et une active vie scientifique.

Sa rénovation progressive, entreprise à partir de 1985 sous la houlette de son actuel directeur Michel Hignette, est presque achevée et ses 85 bacs hébergent une collection d’environ 5.000 poissons tropicaux, de 300 espèces différentes, des chiffres en constante évolution au gré des naissances et des échanges.

Les poissons et animaux aquatiques d’eau douce proviennent pour la plupart de la reproduction en fermes, de dons et d’achats. « Certains aquariophiles nous donnent leurs poissons quand ils deviennent trop gros pour leurs aquariums, nous mêmes cédons les nôtres pour les mêmes raisons », raconte Michel Hignette. Tous ces pensionnaires sans prédateurs et bien soignés vivent beaucoup plus longtemps que leurs congénères dans la nature.

A leur arrivée, les nouveaux pensionnaires sont accueillis pendant quelques temps dans des bacs en coulisse pour les acclimater à la nourriture, à la présence du public et à leur environnement, avant de prendre place dans l’un des 85 bacs d’exposition. Les bacs de la réserve abritent aussi les jeunes qui viennent de naître, ou bien encore des poissons, estropiés ou trop vieux pour être présentés au public… mais qu’on a décidé de ne pas faire mourir…

L’aquarium tropical est aussi régulièrement le lieu d’expositions thématiques et de conférences scientifiques, en partenariat avec par exemple le Muséum d’Histoire naturelle.

PRATIQUE :

Aquarium tropical de la Porte Dorée
293, avenue Daumesnil
75012 PARIS
Tel. : 01 53 59 58 60
Site Internet

Métro : ligne 8, station Porte Dorée
Bus : ligne 46

Ouverture : tous les jours du lundi au vendredi de 10H00 à 17H30
Fermé le mardi
Week-end : 10H00 à 19h00

Plein tarif : 5 euros.
Formules de prix dégressifs pour les adultes accompagnés de jeunes de moins de 18 ans et les groupes.

Voir également l’article sur l’Aquarium de Paris au Trocadéro

Download Artikel als PDF

Copyright © 2017